Lieu d'exception et d'authenticité
depuis 1775

Période moderne


Avant 1789

En 1744, Jean le Nain, intendant du Languedoc signale qu’il s’agit du seul bois appartenant au roi dans la région et qu’il est composé de chênes blancs et verts.

En 1745, le seigneur de Roquemaure demande à racheter le bois de Clary au Roi. Mais cette requête déclenche un tollé auprès du Duc de Joyeuse qui voit là, un moyen de lui aliéner ses privilèges. Il faut dire que les bénéfices du bois son nombreux : le Duc de Joyeuse pouvait prélever des droits, mettre à rente, encaisser des péages et avait droit de justice, de chasse, d’enforestage et de glandage de bois de chauffage sur cette forêt. Le bois de Clary véritable frontière entre Tavel et Roquemaure, à toujours été l’objet de convoitise.

En 1762, Louis XV cède sa propriété de Clary au comte d’Eu, petit fils de Madame de Montespan et de Louis XIV, ceci dans le cadre de l’échange de la principauté des Dombes.

Le comte d’Eu la vendra ensuite à Marie Joseph Emmanuel de Guignard, vicomte de St Priest en 1775.

Clary a donc appartenu à la famille royale jusqu’en 1775.