Lieu d'exception et d'authenticité
depuis 1775

La naissance du Château


Le Château de Clary

A cette date, l’Intendant Général du Languedoc, le vicomte Marie-Joseph Emmanuel Guignard de Saint-Priest, obtint du cousin roi Louis XV qu’il lui cède le bois de Clary soit environ 400 ha à l’orée duquel il bâtit son « cher Clary », actuel Château de Clary.

Le pauvre homme n’en profitera malheureusement pas très longtemps, puisqu’il sera guillotiné en 1794 sur le seul chef de représentant du pouvoir Royal.

L’objectif premier du Domaine de Clary était de cultiver la vigne et de produire des vins de la « ôte du Rhône » (c’était ainsi qu’ils se dénommaient sur la rive droite), vins célèbres depuis longtemps, et dont l’Intendant devait garantir leur qualité et surveiller leur réglementation. Le Château de Clary et son domaine, était également un lieu de villégiature pour le Vicomte qui venait y chasser.

1775  marque ainsi la naissance du domaine qui réunit environ 400 ha. La vocation agricole du domaine s’affirma très rapidement car 16 ans plus tard, en 1791, sur les 400 ha de forêt initiaux, 120 ha environ sont déjà cultivés, dont 30 en vigne.

Le vicomte de St Priest, Intendant du Languedoc, a probablement acquis le domaine pour la réputation des vins de la "Côte du Rhône », dont il a beaucoup contribué à la qualité en collaborant avec son père.

En effet, le père du vicomte, Jean-Emmanuel de Guignard, intendant du Languedoc de 1751 à 1784, puis son fils à partir de 1764, auront beaucoup contribué à faire émerger un vignoble de qualité dans cette région par ratification de nombreux décrets et ordonnances visant à protéger les vins de la côte du Rhône. On peut  dire que le vignoble du Château de Clary a été le lieu d’expérimentation privilégié qui a contribué à l’élaboration desdits décrets et ordonnances qui furent les socles de la mise en place des cahiers des charges des appellations d’origine contrôlées « AOC » qui régissent de nos jours les Vignobles de France.

C’est durant son mandat d’Intendant du Languedoc que Jean-Emmanuel de Guignard acquit le château d’O à Montpellier en 1762 pour en faire une de ces folies caractéristiques du XVIIIème, confiant les plans des jardins à Jean-Antoine Giral.

C’est dans ce contexte de l’essor des vins de la région que son fils a acquis la forêt de Clary pour en faire un domaine viticole qui ne cessera dès lors de croître en réputation. Il est probable alors que, loin de la tragédie qui le guète à l’approche de la Révolution, le vicomte partageait son temps entre les fêtes mondaines données au château d’O, et l’ambiance plus intime et bucolique du domaine de Clary.

Le domaine pendant cette période est en avance sur son temps et est caractéristique d’un grand domaine agricole gardois du XIXème avec une grosse activité liée à la vigne et l’olivier.

Mais il réunit également toutes les autres cultures (mûriers, fruitiers, céréales, légumes…) et les activités qui peuvent assurer une quasi autarcie de fonctionnement (élevage, exploitation du bois et charbonnerie, saule, forge, chasse, production de garance, boulangerie, etc..) le négoce du vin assurant les revenus permettant d’acquérir les denrées et fournitures impossible à produire au domaine.