Lieu d'exception et d'authenticité
depuis 1775

Le Château

Arrivée sur les lieux

 

Château de Clary

Vous avez bien fait de quitter l'autoroute du soleil par la sortie N°22 à Roquemaure. Puis tout-de-suite sur votre gauche avant même d'accéder à la route nationale d'Avignon à Bagnols-sur-Cèze, vous emprunter une petite route de campagne, puis un long chemin de gravier fin au travers d'un vignoble bien tenu.

Sur votre gauche, les bosquets épais de chênes verts bordent un talus ancestral monté de pierres sèches, alors que sur la droite, le soleil levant, au travers des grands feuillages des platanes centenaires, ne cesse de vous guider jusqu'au pied d'un cèdre géant. Là, du haut de ses deux cent cinquante années, il vous domine fièrement alors que son étourdissante parure caresse les piliers en pierre de taille qui gardent depuis aussi longtemps l'entrée des jardins du Viconte de Saint Priest.

Alors vous empruntez ce chemin au travers d'un parc où d'autres géants culminent. Sur votre gauche, vous voyez naître cette immense forêt qui bientôt vous entoure. Admirez les lieux, respirez tous les parfums si purs de cette flore préservée, et écoutez la faune qui vous appelle. Puis alors que vous semblez aspirée par cette étrange nature, vos pas s'arrêtent devant cette immense grille encrée dans ces beaux piliers de cette immense bâtisse. Partout autour de vous, l'emprunte du temps impose le respect. Il se dégage de la grandeur des lieux le labeur des hommes. Et puis vous imaginez la générosité de ceux qui ont voulu un tel hameau dans cet écrin de verdure. Et là vous ressentez leur joie, et ce qu'ils vous ont transmis. Vous êtes arrivés au Château de Clary.


La Cour d'honneur

 

La cour d’honneur est typique du 18ème siècle rural. On y retrouve des mesures et une taille équilibrées et harmonieuses.

 

armoirie armoirie armoirie armoirie

Vous franchisez les grandes grilles du portail, et vous dirigez vers l’Est pour observer l'imposante Bastide. En d'autres temps, le Viconte de St Priest vous aurait accueilli sur le pas de la porte de sa résidence d'été alors qu’il séjournait sur le Domaine de Clary.

De l'aile ouest, le corps de bâtiment élevé d'un seul étage, se prolonge jusqu'à la Bastide du Viconte, comprenant les cuisines, la soullarde et réserves d’aliments pour les maîtres de céant, et à l’étage le logement des domestiques.

Au nord, la façade du bâtiment comporte 2 portes voûtées équilibrées, l’une sur votre gauche conduisait à la cavette ( actuellement la "Cavette des Dégustations" où ont lieu les cours d'oenologie ) qui était la cave à olives, et l'autre sur votre droite donnait accès à la cave souterraine ( actuellement le "Cuvier des Foudres") et aux petites caves où vieillissaient les fûts et bouteilles de vins.

Entre ces deux portes au rez-de-chaussée, se situait la cuisine du personnel avec la grande cheminée pour cuire et rôtir. On peut encore y observer le chaudron suspendu à sa crémaillère. Toute la pièce est imprégnée encore, des odeurs inimitables mêlées de cuissons et de cendres.  L’étage nord accessible par l'accueil était dédié aux appartements du régisseur et de quelques employés permanents.

Les quarante autres employés étaient logés dans le bâtiment Sud, celui qui prolonge les grandes grilles du portail, ou au dessus des écuries et de la Bergerie.

Distinguez en milieu de façade, un cadran solaire assez insolite frappé d'une mention en latin rappelant que la vie fuit au rythme du temps et que chaque minute qui passe fait disparaître la précédente. Vous constaterez sur ce fameux cadran qu’une petite erreur a été commise par le dernier tailleur l’ayant retravaillé : il y a deux fois 3 heures… Sans doute le tailleur était pressé de voir le temps passer, ou de retourner au plus tôt visiter les fameuses caves à vins du "Château de Clary".

Sur les sommets de l’aile Ouest, on remarquera les 2 pignons aux enduits calcinés, presque en bout de bâtiment, qui indiquent l’ancienne hauteur des charpentes et les tragédies du passé. La toiture fut refaite et le bâtiment rabaissé, toujours dans un souci d’esthétique et d'harmonie avec les autres bâtisses de la cour d’honneur.

Clary a compté à une époque, jusqu’à 3 grandes cours. Il n’y en a plus que 2 aujourd’hui. La Grande salle fut autrefois une cour, recouverte en 1930 pour en faire le bâtiment que vous connaissez.


La Grande Salle

Jusqu’en 1930, cette salle était en fait, une cour technique, permettant d’accéder aux écuries par l'Ouest, au dos du four à pain, aux caves et aux cuves pour les vendanges.

Si nous regardons le mur est côté nord, nous apercevons trois encadrements de fenêtres dont l’une est cintrée et correspondent à l’emplacement des cuves. A cette époque là, le raisin était vidé à partir de cornues directement dans les cuves qui étaient ouvertes et permettaient donc le foulage directement dans la cuve, soit avec les pieds, comme le présentent certaines gravures, soit avec des bâtons en dilacérant le raisin pour que le jus se répande et que la fermentation puisse se faire facilement. Par la suite, ces cuves n’ont plus été suffisantes en volume. Elles ont donc été remontées et les fenêtres murées.

La récolte des vendanges arrivait par un treuil en bois actionné à la manivelle, les cornues pouvaient contenir environ 90 kilos de raisin. Ces dernières étaient soulevées au treuil à la force manuelle pour être ensuite vidées dans les cuves. Les cuves étant trop grosses pour un foulage au pied, le fouloir utilisé était un fouloir avec des cylindres en bois, assez rare pour l’époque.

Dans les années 60, lorsque le vignoble fût agrandi, le château se munit des 4 cuves que vous avez devant vous, et fit installer un foulo-pompe et un égrappoir.

Contre le mur sud en pierre, on aperçoit la trace d’un four à pain sur la gauche avec l’emplacement de la cheminée qui monte et  le conduit de fumée. Ce four à pain a servi dès l’arrivée du Vicomte en ces lieux et a permis de nourrir tous les gens vivant sur place et alentours pendant des générations.

Un deuxième four a été construit, vraisemblablement car l’autre fût jugé trop abîmé pour être réparé. La pièce qui est derrière ce mur, était donc la boulangerie.

En 1930, cette salle fut donc couverte, à l’époque où le domaine appartenait à la famille propriétaire des abattoirs d’Avignon, vraisemblablement pour y mettre les troupeaux où les faire s’y reposer, dans leur voyage des pâturages cévenols vers les abattoirs avignonnais.


Le Cuvier des Foudres

 

La cave date de l’époque du Vicomte de Saint-Priest où furent effectuées les premières vinifications du Château de Clary. Dans cette pièce, vous avez peut-être pu apercevoir sur le mur nord, 2 petites ouvertures un peu plus grandes que les niches, il s’agit des passages entre les cuves tronconiques en bois où était vidé le raisin, et la cuve souterraine où fermentait le raisin. C’était à la fois peu pratique mais aussi dangereux étant donné qu’il n’y avait pas d’évacuation pour les gaz. Deux fenêtres avaient été établies dans ce but, mais jugées inefficaces et la cave estimée trop dangereuse à ce sujet, les cuves de vinification furent installées par la suite dans la "Grande Salle".

Ce qui est remarquable dans cette cave, c’est qu’à l’origine, elle était beaucoup moins profonde et bâtie pour y stocker des fûts de 225 litres (ceux que nous connaissons aujourd'hui), et des demi-muids, fûts de 600 litres environ ne nécessitant pas une importante hauteur de plafond. Mais lorsque sont venus les grands foudres, comme ceux dont vous voyez les façades conservées, la cave fut creusée et d’importants travaux de fondation et de soutènement furent réalisés.


Le Salon des Écuyers

 

Cette salle a été réhabilitée pour en faire une salle de réunion, de présentation ou de repas. Les mangeoires en bois ainsi que les diverses traces du passage des chevaux ont été conservées. Les murs ont été refaits à la chaux exactement à l’identique, et au dessus des mangeoires vous voyez encore les traces des coups de fourche des palefreniers qui envoyaient le foin dans la mangeoire.

La petite fenêtre sur cour a conservé son volet d’époque qui date de l’extension des bâtiments, il y a 150 ans !

Sur le coin Nord Est de la pièce on voit des traces de l’ancienne ouverture voûtée telle qu’elle fut sur la façade du bâtiment avant l’incendie.


La Cavette des dégustations

 

La salle de dégustation du Château de Clary

L'ancienne cave à olives du moulin du Château a laissé place aujourd'hui à cette magnifique salle de dégustations. Autrefois, on y écrasait les olives avec le moulin dont vous voyez encore la partie haute en bois (XVIIIème siècle) avec son engrenage en bois de cyprès. Ce mécanisme faisait tourner la meule qui écrasait les olives en pâte. La pâte obtenue était alors placée dans les paniers souples appelés scourtins. Les scourtins étaient ensuite écrasés par le pressoir et laissaient filtrer l'huile et l'eau de la pâte.

L'emplacement du pressoir est toujours visible au ras du sol : on distingue la pierre dans laquelle il était fixé. La partie haute du pressoir en fonte est aujourd'hui exposée dans la Cour d'Honneur.

Actuellement cet espace professionnel est aménagée en salle de dégustation et comporte les emplacements pour 18 dégustateurs chacun possédant son crachoir, son robinet et sa lumière pour mirer le vin.

Très souvent réservée par des sociétés, la Cavette des dégustations accueille des groupe d'amateurs avisés encadrés par des œnologues professionnels dans le cadre de manifestations pédagogiques privées.

Les vins et produits oléicoles du Château de Clary sont toujours mis à l'honneur lors de ces dégustations.