Lieu d'exception et d'authenticité
depuis 1775

Historique de l'appellation Lirac


Jaugeurs de Lirac

Après la crise du phylloxéra, Henri de Régis, propriétaire du château de Ségriès, pour mettre en valeur ses terres, décida, en 1925, de replanter un vignoble. Dans la décennie suivante, il entreprit de suivre l'exemple du combat que menait sur la rive gauche du Rhône, le baron Pierre Le Roy de Boiseaumarié. Avec quelques amis convaincus, il décida de faire classer le terroir de Lirac en appellation d'origine contrôlée (A.O.C.). La demande en fut faite auprès d'un tribunal. Mais le projet ne se concrétisa qu’après la seconde guerre. Le 11 octobre 1945, l’appellation fit l’objet d’une reconnaissance judiciaire par le Tribunal d'Uzès. Après deux années d’enquêtes complémentaires sur le terrain (terroir, types de vins, etc.) les experts de l’I.N.A.O. achevèrent la délimitation de l’aire d’appellation. Ce qui aboutit à la reconnaissance de l’A.O.C. Lirac définie par le décret du 14 octobre 1947. La nouvelle appellation devenait le premier cru des Côtes-du-Rhône à produire des vins de trois couleurs : rouge, rosé, blanc.